Le PLU actuel date de 2005 et a été mis à jour en septembre 2015. Il doit aujourd’hui faire l’objet d’une révision générale pour intégrer :

  • Les nouveaux enjeux d’aménagement et l’évolution du territoire dans son environnement régional, comme le Schéma directeur d’Île-de-France : document de planification stratégique de développement du territoire francilien, il a été approuvé en décembre 2013 et fixe les orientations de l’aménagement de la région à l’horizon 2030.
  • La nouvelle réglementation
    – La loi Grenelle 2 (2010) renforce la prépondérance du développement durable. Au-delà de l’organisation spatiale, l’urbanisme devient un levier en matière de lutte contre le changement climatique, de performances énergétiques et environnementales, de consommation de l’espace…).
    – Dans la continuité de la loi Alur (Accès au logement et à l’urbanisme), un décret de modernisation du contenu du PLU paru en janvier 2016 invite les communes à simplifier et à clarifier leur document (lexique, statut des articles…) pour favoriser la lisibilité de la règle.
  • Les orientations choisies par la municipalité, notamment en matière de préservation du cadre de vie et des grands équilibres entre les différentes formes d’habitat.

Quels sont les enjeux de la révision ?

En 2011, l’étude de prospective urbaine  « Quel Saint-Germain demain ? » a offert aux Saint-Germanois une occasion sans précédent de devenir acteurs de leur ville. Elle s’est traduite par un grand débat collectif qui a permis d’esquisser les évolutions possibles de Saint-Germain… une façon d’anticiper la révision générale du PLU dont on savait qu’elle aurait lieu quelques années plus tard. Aujourd’hui, il s’agit d’aller plus loin.

Le PLU doit permettre à Saint-Germain-en-Laye de consolider son rôle de pôle urbain à forte identité au cœur d’un paysage francilien en pleine mutation sous l’effet :

  • De l’émergence de la Métropole du Grand Paris. Catalyseur de projets, elle va transformer l’agglomération parisienne en une métropole rivalisant avec New York ou Tokyo. 25 milliards d’euros vont être injectés dans la construction du réseau de transport Grand Paris Express. 70 000 logements par an vont être construits. Paris-Saclay va devenir un pôle de recherche d’échelle mondiale et le quartier d’affaires de La Défense renforcer son attractivité.
    “Ce que sera Saint-Germain demain, je ne peux le dissocier de ce qu’est le futur de la capitale de la France,c’est-à-dire le Grand Paris. Les deux sont liés”, avait indiqué l’architecte-urbaniste Yves Lion à l’occasion de Quel Saint-Germain demain ? “ Dans ce Grand Paris, Saint-Germain est un endroit d’exception qui, pour le rester, ne doit pas se tenir à l’écart mais s’y confronter et négocier pour y ménager ses propres intérêts. Cela peut se faire sans bouleversement, en faisant attention aux lieux et aux habitants, car il ne s’agit pas de faire table rase du passé”.
  • De la réforme territoriale qui a donné naissance aux intercommunalités, dont Saint-Germain Boucles de Seine qui regroupe 20 villes et représente 340 000 habitants. Les orientations choisies pour Saint-Germain doivent pouvoir s’intégrer dans ce nouvel ensemble qui fait face aux autres intercommunalités des Yvelines (Versailles Grand Parc et Saint-Quentin par exemple).